Projets

Le Miroir de Valem a un double objectif :

  • Promouvoir les valeurs portées par le dispositif et l'association auprès d'un large public et favoriser le développement de ces modalités de création artistique

  • Financer, via l'acquisition des dessins et reflets lors de différents événements sur lesquels le Miroir sera présenté ou via le Miroir de Valem en ligne, des actions d'aide auprès des familles de Oncad, quartier périphérique de la ville de M'Bour.

Promotion d'un art libre et solidaire

Réalisation d'un dispositif d'art physique et numérique

Le dispositif a été réalisé par des étudiants de l'UTC, accompagnés par Valem, en partenariat avec l'Atelier des Bois Pérennes (Cf. page Crédits).

Dans une approche low-tech, nous avons utilisé du matériel informatique de seconde main pour la tablette et l'écran, et un ordinateur minimaliste et modulaire (Raspberry Pi) pour faire tourner l'application. La partie en bois a été fabriquée à partir d'essences locales et non traitées.

Voici quelques photos prises en atelier lors de la finalisation et des premiers tests du Miroir par les étudiants :

Le Miroir de Valem, dans sa version physique, est aujourd'hui terminé. Initialement, les modes de promotion planifiés sur 2020 étaient centrés sur la participation à des manifestations culturelles et artistiques favorisant la rencontre avec le public et l'utilisation par ce dernier du Miroir de Valem en tant que dispositif physique. La crise sanitaire liée au COVID-19 nous invite à nous renouveler pour trouver des alternatives aux modalités présentielles afin de faire vivre ce projet malgré l'interdiction ou la limitation des rassemblements.

Développement d'une interface web permettant de générer un reflet à distance

Afin de matérialiser le lien entre les cultures par la création de reflets mosaïques, nous prévoyons de développer au cours de l'été 2020 une interface web qui permettra au public de générer son reflet à distance à partir d'une photo.

Édition du livre de la campagne de dons 2020

Avec le dispositif physique, il était prévu que chaque personne puisse mettre à disposition son reflet sous licence libre afin que d'autres le consultent dans la base des reflets. Pour imprimer une trace partagée de cette expérience à distance, nous souhaitons produire un livre regroupant les reflets des personnes qui souhaiteront le mettre à disposition et des dessins de Valem les plus prisés par le public. La forme définitive de ce livre, qui sera édité sous licence libre en 1000 exemplaires, n'est pas encore arrêtée et se construira avec vous.

Programmation d'événements avec le miroir physique pour 2021

Animer ce projet à distance n'est pas une fin en soi. Nous espérons pouvoir prochainement vous rencontrer physiquement, échanger, discuter... Nous souhaitons donc préparer au mieux ces (re)trouvailles et prévoyons la réalisation d'un second Miroir dans cette perspective. Nous vous tiendrons informés des lieux et dates dès que nous aurons un peu plus de visibilité sur la situation.

Reflet de quatre étudiants ayant contribué à la réalisation du dispositif

Les contreparties aux dons

Afin que le public puisse partager et s'approprier l'univers du Miroir de Valem, chaque don, quelque soit le niveau de contribution, fait l'objet d'une contrepartie qui sera envoyée au donateur. Ces contreparties ont un coût qui sera pris en charge par l'association grâce aux fonds collectés (voir page Contribuer).

Accompagnement au Sénégal

L'argent collecté servira en premier lieu à aider les familles sénégalaises ayant inspiré les dessins et sculptures de Valem. Le développement du dispositif d'art numérique a vocation à pérenniser les ressources financières à destination de ces familles.

Le contexte

M'Bour est une ville côtière du Sénégal de 180 000 habitants. C'est dans cette ville que Valem a effectué plusieurs séjours.

Valem a été accueillie au sein d'une famille traditionnelle sénégalaise avec laquelle elle a partagé de grands moments de joie (baptêmes, mariage, et autres fêtes païennes et religieuses) mais aussi des moments plus sombres (la maladie, le deuil) qui rappellent la grande précarité des conditions de vie des habitants des quartiers pauvres de cette grande ville côtière.

Une subsistance alimentaire à court terme

Dans la situation de crise sanitaire actuelle, les fonds seront avant tout consacrés à la subsistance de cette famille qui a accueilli Valem et plusieurs de ses amis lors de leurs voyages. Actuellement privés de tout revenu en période de confinement, ils ne sont pas en mesure de subvenir à leurs besoins alimentaires de base. Les revenus de cette famille étant exclusivement liés au secteur du tourisme, nous avons conscience qu'il leur faudra plusieurs mois avant de pouvoir retrouver leurs sources de revenus ou en développer de nouvelles.

Rénovation de la maison

La rénovation de la maison, qui était la première priorité avant le début de la crise sanitaire, reste un objectif à court terme (à envisager dès que le déconfinement au Sénégal le permettra) pour que la famille puisse aborder la saison des pluies dans de meilleurs conditions.

Les premiers devis effectués nous ont permis d'évaluer à 7500€ les besoins pour la rénovation du bâtiment principal (comportant essentiellement les chambres de femmes et des jeunes enfants)

D'autres devis seront réalisés ultérieurement pour les autres parties de la maison : cuisine, sanitaires, chambres supplémentaires...

Formation des femmes et des jeunes

Awa, Marie, Seynabou, Ndeye souhaitent toutes les quatre suivre une formation afin de pouvoir réaliser des activités qui leur permettront de bénéficier d'un revenu supplémentaire. L'une des pistes envisagées est une formation à la transformation céréalière artisanale.

Diery et Gagne vont quitter le système scolaire à l'issue de leur classe de terminale et souhaitent bénéficier d'une formation professionnelle pour entrer dans la vie active.

Urgences médicales

Cette famille sénégalaise, comme beaucoup d'autres, ne bénéficie d'aucune protection sociale. Si un ou plusieurs membres de la famille venaient à tomber malade au point de nécessiter une hospitalisation, les priorités d'affectation des fonds seraient amenées à changer.

Extension du projet à l'échelle du quartier

En fonction des ressources collectées sur le long terme, de nouveaux projets pourront être réalisés pour accompagner cette famille et les familles voisines du quartier de Oncad qui vivent dans les mêmes conditions de précarité.

Fonctionnement et gestion des projets

Les familles sont accompagnées sur place par une personne qui les aide à gérer les projets et à affecter les fonds en fonction des priorités. Cette personne est Khadidiatou DIAGNE (Khady), amie de confiance de Valem vivant à M'bour. Femme de caractère et d'expérience, entrepreneuse et bonne gestionnaire, elle souhaite dévouer une part de son énergie à l'aide des plus démunis. Les frais engendrés par ces activités (déplacements, démarches, temps passé) seront eux aussi pris en charge par l'association.

Khady est le principal contact de l'association pour aider ses membres à arbitrer les priorités sur place et piloter la réalisation effective des projets.